Archive

Category Archives for "Préparation à l’accouchement"

La fasciathérapie expliquée

La fasciathérapie est une thérapie manuelle qui est pratiquée en France depuis une dizaine d’années et qui ne cesse d’évoluer. Proposée par des masseurs kinésithérapeutes, elle agit au niveau des « fascias ». Ce type de massage, à la fois doux et profond, procure à celui ou celle qui en profite de nombreux bienfaits tels que l’atténuation du stress et les douleurs musculaires. Lire plus…

L’aquagym prénatale : est-ce vraiment utile ?

l’aquagym prénatale

La grossesse est une période durant laquelle la femme doit prendre diverses précautions. Il est notamment conseillé de pratiquer une activité physique, mais pas n’importe laquelle. L’aquagym prénatale fait partie des méthodes les plus indiquées par les médecins. Elle se pratique idéalement dès les premiers mois jusqu’à la venue au monde de bout de chou. Découvrez le principe de cette discipline, sa mise en pratique ainsi que ses bienfaits. Lire plus…

La méthode Pilates : présentation

Créée par l’Allemand Joseph Pilates, la méthode Pilates est une activité physique qui combine des techniques de yoga à des pas de danse et à de la gymnastique. Elle consiste par des exercices à solliciter tour à tour les muscles du corps. Très célèbre, elle est pratiquée par des stars telles que Sharon Stone ou encore Jennifer Aniston. Lire plus…

La méthode Bonapace expliquée

Préparation à l'accouchement : méthode bonapace

Une étude dans des conditions réelles couplée à des années de recherches universitaires a permis de mettre au point la méthode Bonapace qui permet à la mère d’affronter l’accouchement sans stress. Point sur une technique qui apporte un soutien précieux aux futurs parents.

La méthode Bonapace

La venue au monde d’un enfant implique de nombreux bouleversements. La méthode Bonapace aide les parents à y faire face. Plus précisément, elle se base sur la neurophysiologie de la douleur pour aider ces derniers à mieux vivre et à mieux appréhender la naissance à venir.

En pratique, la méthode Bonapace permet au futur papa et à la future maman de comprendre et de prendre conscience de l’importance de l’harmonie au sein du cercle familial. Dans ce dessein, le papa s’implique davantage. Il fait en sorte de soulager au maximum la douleur de la mère par des gestes tendres ou des mots doux du père. Tout est mis en œuvre pour le bébé vienne au monde naturellement, en minimisant les interventions médicales.

Impliquer le papa

En s’impliquant un peu plus dans l’accouchement et plus précisément dans la gestion de douleur de la mère, le père est mis en avant. L’homme sent qu’il joue un rôle important dans sa famille. La communication ainsi que la complicité au sein du couple sont renforcées. Mieux encore, le papa tisse déjà des liens avec son enfant.  Les parents travaillent en équipe en vue de la venue au monde bébé.  Ils ont d’ailleurs appris à adopter les bons gestes dans le cadre des exercices prénatals. Et ils sont bien préparés pour faire face aux petits et grands défis auxquels ils devront faire face dans leur prochain et nouveau rôle de parents.

Trois méthodes

Pour la gestion de la douleur, la méthode Bonapace propose trois techniques pour gérer la douleur au moment de l’accouchement.

Premièrement, il faut adopter une bonne respiration, se relaxer et visualiser pour mieux maîtriser les pensées et, par voie de conséquence, mieux gérer la douleur. La mère doit s’entraîner régulièrement avant le jour J. En sachant d’avance et en visualisant ce qui se passe (pourrait se passer) durant l’accouchement cela vous aidera beaucoup pour la douleur.

Deuxièmement, il y a la théorie du portillon, une méthode partant d’un principe simple : pour atténuer une douleur, il faut réaliser un petit massage au niveau de la zone concernée. Justement, la méthode Bonapace révèle les régions douloureuses à masser délicatement entre les contractions pour soulager la future maman.

Enfin, il y a une technique assez extrême qui propose de combattre le mal par le mal. Le père doit procéder à un massage douloureux pour que le corps de la mère secrète de l’endorphine, une substance qui apaise. Ces massages ne s’effectuent toutefois pas sur tout le corps, uniquement au niveau des points sensibles du corps humain lesquels coïncident généralement avec les points d’acuponcture.

Retrouvez notre article sur L’haptonomie et comment bien se préparer à accoucher.

L’haptonomie : notre dossier

haptonomie et grossesse

Grâce à l’haptonomie, les parents peuvent établir un lien avec bébé même si celui-ci est encore dans le ventre de sa maman. Cette discipline fait fureur auprès des futurs papas et mamans. Elle offre aussi la possibilité aux pères de s’impliquer encore un peu plus dans la grossesse. Mais qu’est-ce que l’haptonomie ?

L’haptonomie

Etymologiquement, haptonomie peut se définir par « toucher affectif ». Concrètement, c’est une discipline qui vise à établir un lien entre papa, maman et bébé pendant que ce dernier se trouve encore dans le ventre. Les séances contribuent également à préparer la future maman à l’accouchement. En pratique, les parents caressent leur enfant à travers le ventre et donc à travers la paroi de l’utérus de la mère. Bébé y est très réceptif et ne manque pas de réagir. En définitive, la mise au monde se déroule dans un état d’esprit teint de sérénité.

Bébé arrive aptonomie

Le papa s’implique

Une autre particularité de l’haptonomie réside dans le fait qu’elle incite le père à s’impliquer davantage dans la grossesse de la mère. En prodiguant les caresses à travers le ventre de la mère mais aussi en parlant à son bout de chou à venir, il crée déjà une certaine complicité avec lui. A noter par ailleurs que l’enfant est plus sensible aux sons les plus graves. Pour une fois dans l’histoire de grossesse, l’homme peut prendre le dessus sur la femme. Dans tous les cas, ces « échanges » amorcent un attachement qui unit déjà les membres de la petite famille. Deux principaux organes des sens sont engagés : l’ouïe et le toucher. Et bien sûr, les émotions renforcent le tout.

L’haptonomie, en pratique

La pratique de l’haptonomie peut démarrer dès lors que la future mère sent son bout de chou bouger, généralement à partir du 4e ou 5e mois de grossesse. Les parents peuvent démarrer avec une séance mensuelle.

Au cours d’une séance d’haptonomie, une sage-femme (ou un autre professionnel de la santé) est toujours présente pour guider les parents. Ces derniers appuient très légèrement sur le ventre de la future maman. Ils déplacent leurs mains pour encourager bébé à répondre en rejoignant la source de pression.

L’haptonomie peut aussi préparer au moment fatidique de l’accouchement. Les papas peuvent notamment apprendre les gestes à adopter pour soulager la mère au cœur de la délivrance. Ils apportent alors une aide précieuse et contribueront à détendre et rassurer la maman.

Après l’arrivée de bébé, l’haptonomie aide ce dernier de faire la transition entre la vie dans le ventre de maman et la vie en dehors.

Découvrez aussi notre dossier sur comment bien accoucher et notre dossier sur La fasciathérapie.

Bien se préparer à accoucher

préparation à l'accouchement

Dans la vie, la venue au monde d’un bébé constitue un véritable miracle. C’est également un grand revirement dans la vie des parents. Au cours de la période de grossesse, la femme subit bien des changements, que ce soit au niveau physique que du point de vue psychologique. Pour que l’accouchement se passe dans les meilleures conditions, il est nécessaire voir indispensable de bien se préparer. De cette manière, la naissance du bébé se déroulera plus facilement et surtout avec quiétude.

Les principales choses à savoir avant d’accoucher

La majorité des femmes qui mettent au monde un bébé pour la première fois (ou pour la énième fois) ressentent toujours de la peur. C’est d’ailleurs un sentiment très naturel. Il ne faut toutefois pas céder à la panique et ne pas hésiter à se renseigner auprès de son médecin traitant. Celui ne manquera pas de rassurer la future maman (et le futur papa par la même occasion). Future maman, au cours des consultations et visites chez votre gynécologue (ou autre praticien qui vous suit), n’hésitez surtout pas lui parler toutes les choses qui vous tracassent ou qui vous semblent suspectes. Vous serez alors plus sereine.

En ce qui concerne la durée de l’accouchement, celle-ci varie selon les femmes. Entre les premières contractions et la mise au monde du bébé, il peut se passer bien des choses. Une femme peut donner naissance à son bout de chou après une durée qui varie entre 2 ou même 20 heures. À noter que dans 20 % des cas seulement, l’accouchement se fait par voie haute, ou plus précisément par césarienne.

Les préparations à effectuer avant l’accouchement

Avant la fin des 9 mois de grossesse, un certain nombre de rendez-vous avec votre médecin (ou votre gynéco ou votre sage-femme) est programmé. Il faut aussi prévoir un passage chez l’anesthésiste de la maternité pour celles qui ont choisi de profiter de la péridurale.

Avant le jour J, vous devez choisir la façon dont vous allez accoucher en sachant que plusieurs options s’offrent à vous. Il existe, par ailleurs, plusieurs façons de se préparer physiquement et mentalement : avec les massages ayurvédiques, le yoga prénatal, la sophrologie, l’haptonomie ainsi que le shiatsu. En vous préparant bien avant le jour de l’accouchement, vous évitez bien des complications. Et surtout, vous abordez votre grossesse et l’accouchement à venir avec sérénité.

Différentes méthodes d’accouchement

Outre la méthode « classique » qui implique un passage sur la table d’accouchement, dans un hôpital, entouré de sages-femmes et de médecins, d’autres situations sont envisageables. Il se peut que vous accouchiez dans l’eau pour atténuer les douleurs de l’enfantement. Vous pouvez également donner naissance à votre chérubin en compagnie d’une doula. C’est une personne qui accompagne, soutient, informe les parents juste avant la naissance. Enfin, il y a la césarienne : la naissance ne se fait pas par la voie basse, mais d’une tout autre manière. Cette intervention chirurgicale a pour but de faire sortir bébé en effectuant une incision au niveau de la paroi utérine.

 

Retrouvez notre dossier sur la fasciathérapie et notre dossier sur l’aquagym prénatale.